Abus d'un enfant maltraité

29367x 21. 01. 2015 1 Reader

Quand j'avais dix ans, je suis devenue une femme d'un enfant. Papa l'a remarqué et correctement apprécié: il a commencé à me toucher, à se masturber, à me faire une fellation, à me forcer à le rejoindre. Il a été répété environ onze ans avant la naissance de la soeur. J'aimais ça, mais en même temps je me sentais coupable: car papa appartient à ma mère et je la trompe? Je me sentais comme un amoureux qui a brisé le bonheur de la famille. En même temps, je disais que sans mon père, je n'aurais jamais de sexualité elle n'est pas venue, c'est vraiment bien que c'est moi montré, Je pensais que je devrais savoir environ dix heures dix. A cette époque, je ne pensais pas que c'était mauvais ou pas, mais je pensais au contraire que notre famille était un modèle. Bien sûr, je n'ai rien dit à personne. Quand j’ai commencé à avoir des tics névrotiques, j’ai été obligé d’aller chez le médecin. rectifié. Avec mon docteur motivé, pour contrôler mon envie d’absorber de manière incontrôlable, cela chaque jour où elle ne me voit pas, je pense que j’aurai une couronne. Et le Docteur a changé, alors que ça dure un mois, je peux avoir trente couronnes! À l'époque, je disais sûrement que quand ce serait normal, personne ne me donnera rien. J'ai commencé à essayer de me contrôler en force. Dans une certaine mesure, cela a fonctionné.

À vingt ans, j'étais promiscuité. J'ai changé mes garçons pour une nuit. Je pensais qu'ils ne m'aimeraient pas si je ne l'aimais pas. J'ai aussi aimé avoir le pouvoir sur eux. En attendant, j'ai été violée trois fois - mais je pensais pouvoir le faire moi-même. Je n'ai rien dit à personne. Je ne suis sorti avec ces gars nulle part.

À trente ans, j'ai rencontré mon mari. La sexualité a changé au cours des dix dernières années: maintenant, je ne parle pas beaucoup du changement. Notre relation en souffre.

Il y a cinq ans, j'ai décidé de rompre mon silence et j'ai écrit une lettre à mon père. J'ai raconté à toute la famille ce qui s'était passé il y a environ un quart de siècle dans notre famille et à quel point cela me faisait mal. Papa pense que ce qu'il a fait était pour mon bien et qu'il ne pouvait pas me faire mal. Maman ne veut plus rien entendre, mon frère en a assez de ses soucis. Une infirmière ne lui a montré que son intérêt, mais elle pouvait à peine le croire. Au moins c'était évité.

Il y a deux ans, j'ai donné une césarienne à ma fille. À cause du comportement de certains membres du personnel de la maternité, je me suis senti une fois de plus maltraité, pleurant pour tout le puerpérium.

Bientôt, j'aurai quarante ans. Trente ans se sont écoulés depuis ces événements, mais j'ai toujours peur. À propos de notre fille, si je la laisse seule avec mon grand-père ne lui fera pas de mal? Est-ce que je lui fais du mal, par inadvertance, parce qu'il est connu que les victimes d'abus en abusent aussi? J'ai des problèmes de frontière, une maladie psychosomatique et quoi d'autre que je ne peux même pas décrire, mais ce qui affecte négativement ma vie actuelle. Je dis qu'une affaire aussi ancienne ne peut plus m'influencer. Le contraire est cependant vrai et je prends la décision que tout ira bien pour moi.

Je vais pour la première fois à une réunion d'un groupe d'entraide pour les victimes de viol et de maltraitance. Pour la première fois, je peux parler à quelqu'un qui a vécu la même chose que moi. Je me sens parmi les miens. C'est un début et j'espère qu'il y aura un suivi et une fin heureuse. En attendant, je tiens mes doigts.

Articles similaires

2 commente "Abus d'un enfant maltraité"

  • Kwert dit:

    Ouais, fille d'or te faire du mal pas tellement ton père te fait mal l'hystérie que notre société gère étrange de tels cas. Elle a dit que c'était bien. Alors, quels sont vos problèmes mentaux? Contrairement à ce que nous considérons comme normal et ce qui ne l'est pas. Qui créez-vous ces règles? Historiquement sainte Eglise, qui a en lui-même le Vatican, cependant, le droit de baiser de 12-les médias qui vendent x copies, Pise si la sexualité « péché » et de la politique que les rangs des valeurs absolument aucune autorité morale ne lie pas. Bien que vos règles collent à l'os de vos os. Proc ??!

    • Budlii dit:

      Une telle brute que KWERT a contribué ici ne peut être écrite que par un mec ou un ku.va qui ne se considère même pas!
      Bien sûr, c'est la faute du père, peu importe si elle l'a aimé en ce moment ou pas. Il a placé ses valeurs et sa sexualité dans une direction complètement différente.
      L'auteur de l'article, Suene, souhaite sortir le plus possible de ce cercle vicieux et pardonner à mon père assez de pouvoir.

Laissez un commentaire